BioEcoplus Inc. > Kopros - Les insectes

 

 

Vidéos BioEcoplus

Lecture, clic sur images

Présentation

BioEcoplus

Parc Safari

Produit Kopros

Ex. Bachmann

Produit Kopros

Traitement

ferme Besse

Traitement

des fumiers

Traitement

Vignes A. Morf

Poules Bio

Québec

Tr. carcasses en

décomposition

Diète mouches

en laboratoire

Combat de

Reines - Valais

Professeur Bortoli  

 

>> Information produits PDF

 

Les microorganismes font mûrir rapidement le fumier en modifiant sensiblement son acidité, empêchent le développement des larves dans l’environnement. Les larves, futures mouches et autres insectes, ne s’implantent plus dans l’élevage puisque aucun insecte, préoccupé de la survie de sa propre espèce, n’ira déposer ses oeufs dans des environnements peu favorables.

Outre cette action indirecte, les enzymes et les bacilles du KOPROS attaquent énergétiquement les larves, en rendant impossible leur séjour dans les fumiers. Il ne s’agit bien évidemment que d’une contribution à la lutte contre les insectes nuisibles et non d’une action totale, puisque les insectes adultes peuvent venir dans l’étable, en provenance d’autres endroits.

Si l’on considère toutefois que chaque mouche, pendant la saison chaude, dépose tous les 20 jours environ 10 000 oeufs, qui seront adultes au bout d’un mois, et prêts à déposer à leur tour, tous les 20 jours, encore 10 000 oeufs, il est particulièrement avantageux de pouvoir empêcher le développement des larves, en utilisant le KOPROS.

Le B.T. Le Cadet 1715 présent dans le KOPROS, grâce à son métabolisme complexe, donne naissance à une spore composée d’un ou plusieurs cristaux protéiques parasporaux. Ce cristal peut être de forme et de dimensions différentes (par exemple cubique, bipyramidale, plate ou amorphe), il se trouve près de la spore à l’intérieur de la cellule mère avant la lyse de celle-ci et est constitué d’une ou plusieurs protéines.

Le B.T. peut être considéré comme un véritable insecticide naturel et le mécanisme d’action des différentes protéines insecticides présentes dans les cristaux du B.T. peut être décrit comme suit : La larve de l’insecte ingère les cristaux avec son propre nutriment naturel, et éventuellement également les spores du B.T.

Dans l’intestin de l’insecte, le pH et la présence d’enzymes protéolysants très spécifiques, provoquent la solubilisation des protéines du cristal et leur activation par des coupes protéolytiques, qui deviennent alors de véritables toxines. Chaque type de toxine, reconnaîtra un récepteur spécifique, une glycoprotéine située dans la membrane cytoplasmique de la cellule de l’épithélium de l’intestin moyen de l’insecte. L’interaction avec le récepteur provoque la formation, dans la membrane cellulaire, d’un véritable pore de sortie, provoquant un déséquilibre du flux des cations et des acides aminés.

Les cellules épithéliales se regonflent et explosent. L’effet immédiat sur la larve est le blocage du stimulus de l’alimentation, la paralysie et la mort.

 

Demande d'informations: > Canada   > Suisse

 

 

 

 

Copyright BioEcoplus Inc. 2011